XXVe Journées annuelles de la Shesvie

Journées de la Shesvie 2019

14 et 15 mars 2019

Bordeaux Pessac

La Shesvie, Société d'histoire et d'épistémologie des sciences de la vie, a le plaisir d'organiser ses XXVe Journées annuelles à Bordeaux Pessac du 14 au 15 mars 2019, à l'invitation de l’EA 4574 SPH (Sciences, Philosophie, Humanités) de l’Université Bordeaux Montaigne et de l’Université de Bordeaux.

Comme chaque année, les Journées se dérouleront en deux sessions :

  • un colloque thématique, sur le thème Anthropogenèses (jeudi 14 mars 2019)
  • le congrès annuel de la Shesvie, communications libres (vendredi 15 mars 2019)

Une visite du nouveau Muséum d’histoire naturelle de Bordeaux est proposée le jeudi 14 mars de 17h à 19h.

La Société tiendra son assemblée générale annuelle à l'occasion des Journées.

Appel à communications

Les personnes souhaitant communiquer leurs travaux dans le cadre des Journées peuvent soumettre un résumé jusqu'au 13 janvier 2019, dans la rubrique ESPACE CONNECTÉ > Dépôts.
Le comité scientifique rendra son avis le 28 janvier 2019.

Inscription

La participation aux Journées se fait sur inscription (rubrique NAVIGATION > S'inscrire).

Pour votre venue, retrouvez les Informations pratiques dans la rubrique NAVIGATION > Informations pratiques.

 

logo de la shevie

Shesvie | site web - contact - twitter

  SPH_logo SPH

 

Anthropogenèses

La question des origines de l’homme est une vraie interrogation depuis le XVIIIe siècle, en Occident. Jusque vers 1750, la question ne se pose pas, si ce n’est en termes théologiques et dans une lecture des textes bibliques influencée par le nominalisme et le cartésianisme ; la Bible était vue comme un livre d’histoire et de sciences, et comme la source d’une connaissance certaine. Buffon est un des premiers à envisager une origine de l’homme intégrée dans le règne animal et à détacher les explications scientifiques des explications théologiques. Néanmoins ce n’est qu’à partir des années 1860 que la préhistoire s’élabore en tant que science et qu’une anthropologie se met en place autour des types morphologiques humains passés ou présents.

Depuis, le savoir de nos origines s’est construit au carrefour de sciences nouvelles, distinctes, et même fort différentes les unes des autres : la biologie darwinienne de l’évolution, bientôt enrichie et transformée par la génétique des populations ; la paléoanthropologie, retraçant le parcours complexe et buissonnant de la phylogénie humaine ; l’archéologie, interrogeant et datant les différents restes fossiles de cette histoire ; la climatologie et la géologie, racontant l’évolution et la transformation des biotopes anciens ; la primatologie, donnant à voir la proximité chaque jour plus étonnante entre l’homme et les grands singes (apes) ; les neurosciences cognitives, mais aussi la psychologie et la sociologie évolutionnistes, décryptant les mécanismes cérébraux et cognitifs présidant à l’avènement de l’homme moderne ; enfin la philosophie, intéressée depuis ses débuts à la question de l’humain, de la différence homme-animal, et du fameux « propre de l’homme ». Toutes ces disciplines, au-delà de leur évidente disparité, convergent pourtant autour d’un même objet. Elles interrogent toutes à leur manière, depuis les méthodes qui sont chaque fois les leurs, l’humain et sa longue histoire constitutive. Peut-on néanmoins rapprocher ces « anthropogenèses » distinctes et les penser ensemble, comme autant de points de vue différents sur une même histoire ? Une interrogation transdisciplinaire, une réflexion commune sur notre humanité et sa préhistoire sont-elles aujourd’hui possibles ?

Ce colloque ne se veut pas simplement un colloque de spécialistes en histoire de la préhistoire, il veut poser la question de l’anthropogenèse sous l’angle de l’épistémologie et de l’histoire des sciences de la vie.

Les communications proposées devront durer environ 30 mn.

Elles pourront faire l'objet d'une publication dans le Bulletin d'histoire et d'épistémologie des sciences de la vie, vol.26, n°2 (2019) (dépôt des articles : 10 septembre 2019).

Comité scientifique : Jennifer Bernard, Étienne Bimbenet, Céline Cherici, Steeves Demazeux, Pascal Duris, Olivier Perru

Personnes connectées : 1